Etudes & incubateur

 
La DEP a pour mission de concourir, par des études et des enquêtes socio-économiques, à la réalisation de l’objet social de l’Office, notamment : En mettant à la disposition de l’Office...Voir +

Formations

 
les missions et attributions de la sous-direction de formation : 1. Coordonner l’ensemble des actions d’animation des séminaires de formation tant interne qu’externe ; 2. Faciliter l’exécution des Voir +

Assistance-conseil

 
Susciter la création des PME/PMI ; Assister les PME désirant se créer, dans les démarches administratives en assurant la liaison entre elles et les services publics ; Voir +
OPEC
Une PME prospère pour un congo émergent

ECHOS DES PROVINCES

Fiches de Projets Province de MAINDOMBE

1. Nom du projet : Projet d’implantation de pôles de développement dans la province de Maï-Ndombe en République Démocratique du Congo : cas de KOLOBEKE 2. Valeur : 5.766.172 USD 3. Pays : RD Congo ; Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe 4. Durée : 5 ans 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début : Date de fin : 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 11 9. Noms des partenaires : le gouvernement provincial de la Province de Maï-Ndombe 10. Adresse de contact: Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Activités principales. Promouvoir l’entrepreneuriat dans le secteur agricole, forestier, agro-business ; Former exploitants forestiers et agricoles, des pécheurs et les promoteurs des pme ; Accompagner et porter assistance technique à ces opérateurs. 12. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile. 13. Les objectifs du projet. Globalement, le Projet vise à l’industrialisation de la contrée grâce à une énergie verte et contribuer ainsi aux efforts, déployés dans le cadre de la stratégie nationale REDD+ en implémentation en RDC, pour la réduction de la déforestation et de la dégradation des forêts congolaises en vue d’accroître la capacité de préservation du stock de carbone. Spécifiquement le projet poursuit les objectifs suivants : • Améliorer la productivité des 6 « Nucleus Estates » sélectionnés dans le projet d’accompagnement des exploitations agricoles ; • Améliorer la productivité des 8 exploitants forestiers artisanaux retenus dans le projet d’accompagnement des exploitants forestiers artisanaux en trouvant un débouché pour leurs avivés ainsi que leurs déchets de traitement de bois ; • Améliorer la productivité des pêcheurs de la rivière LOKORO et du Lac ; • Soutenir l’éclosion et l’expansion d’une classe moyenne d’entrepreneurs dans la région. 14. Description du projet. Le Projet vise l’édification de pôles de croissance, en aval de 8 unités forestières artisanales aménagées, dont les grumes seraient traitées dans le site retenu et les sciures de bois et autres copeaux de bois seraient transformés en briquettes de combustion pour alimenter les générateurs d’électricité des sites concernés. Ces unités forestières artisanales aménagées seront réparties sur trois territoires à savoir : 4 dans le territoire d’Inongo, 2 dans celui de Kiri et 2 autres dans celui d’Oshwe. Cette énergie servirait, entre autre, à la transformation des produits agricoles issus des six « Nucleus Estates » installés à proximité-dans les territoires d’Inongo (2), de Kiri (2) et d’Oshwe (2)- ainsi que les produits halieutiques tirés de la rivière LOKORO et du lac Maï-Ndombe. Plusieurs industries s’y implanteraient pour transformer les ressources naturelles locales et même produire des biens indispensables à la ville d’INONGO. A terme, il y sera implanté un barrage hydroélectrique en creusant à 90 mètres de profondeur et en y acheminant l’eau tirée de la rivière LOKORO dans une turbine installée au fond du puits. 1. Nom du projet : Projet d’amélioration de la navigabilité des principales rivières dans la province de Maï-Ndombe en République Démocratique du Congo 2. Valeur : 5.766.172 USD 3. Pays : RD Congo Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe. 4. Durée : 5 ans 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début Date de fin 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 9. Noms des partenaires : le gouvernement provincial de la Province de Mai-Ndombe 10. Adresse : Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Activités principales 12. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile, 13. Objectifs du projet. Assurer la navigabilité de la rivière Lokoro permettant ainsi fluidité des biens et des personnes dans la contrée. Spécifiquement, le Projet vise 5 types d’objectifs, à savoir : • promouvoir les investissements dans les secteurs porteurs de croissance à travers le Partenariat Public-Privé; • créer des bassins de production agricole à travers les différents Territoires ainsi que la création des zones d’agriculture industrielle; • encourager l’implantation d’unités forestières aménagées ; • promouvoir des investissements à haute intensité en main d’œuvre (infrastructures de base). • soutenir l’éclosion et l’expansion d’une classe moyenne d’entrepreneurs tant agricoles que forestiers, à travers le développement des capacités entrepreneuriales et des compétences dans le domaine de la préservation des écosystèmes forestiers dans la province. 14. Description du projet. Le projet initié par l’OPEC s’inscrit dans la volonté du Gouvernement de (i)diversifier son économie par la maitrise des maillons des chaines de valeurs des différentes productions, (ii)résorber le déficit infrastructurel, (iii)assurer la mobilité parfaite des personnes et des biens et (iv) accéder facilement aux marchés pour accélérer la croissance et la rendre plus résiliente vis-à-vis des chocs exogènes, tels que exprimés dans le Livre 1 du PNSD. Concrètement, le projet cherche à améliorer la navigabilité des différentes rivières en mettant en action le Partenariat Public-Privé. Ce partenariat consistera d’une part à développer des parcs agroindustriels (PAI) et centres de développement intégré (CDI) ainsi que des unités forestières aménagées et d’autre part à assurer l’évacuation des produits pour sa commercialisation par l’instauration de péage dans les rivières aménagées. L’approche opérationnelle est basée sur le modèle du Fonds d’Entretien Routier, FONER en sigle ; selon lequel des frais de péage (taxe perçue au passage de certaines voies ou de certains ouvrages publics, en vue d’amortir leur financement et d’assurer leur entretien) sont prélevés en des points bien précis et répartis entre l’investisseur privé et le pouvoir public. Ce dispositif permet d’assurer de manière pérenne la navigabilité du cours d’eau. 1. Nom du projet : Projet d’implantation d’un circuit touristique dans la province de Maï-Ndombe. Sous-projet : Implantation d’un circuit touristique dans le territoire d’Inongo. 2. Valeur : - 3. Pays : RD Congo Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe 4. Durée : 5 ans 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début Date de fin 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï-Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 9. Noms des partenaires : le gouvernement provincial de la Province de Maï-Ndombe 10. Adresse : Adresse : Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Activités principales : 12. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile, 13. Objectifs du projet. Le projet vise l’implantation de circuits touristiques dans la province de Maï-Ndombe. Plus spécifiquement, il vise à : • Accroître les revenus de la population autochtone ; • Améliorer les infrastructures de la contrée ; • Contribuer à la formalisation de la profession ; • Mieux contrôler les activités de braconnage ; • Préservation des sites touristiques de l’occupation incontrôlée de la population suite à l’abandon des activités informelles de celle-ci ; • Accroître la visibilité de la province ; • Soutenir l’éclosion et l’expansion d’une classe moyenne d’entrepreneurs de la filière touristique. 14. Description du projet. Développer et appuyer l’éco-tourisme par la création des espaces touristiques, des parcs pour enfant dans la ville, les centres urbains et aux abords du lac Maï-Ndombe dont l’accès sera payant de manière à créer des recettes pour la province ; • Créer, avec des partenaires intéressés, une structure de marketing d’exploitation et de gestion des ressources touristiques de la province ; • Aménager les abords du boulevard et y construire les hôtels et restaurants en vue de créer une capacité d’accueil des touristes ; • Renforcer l’urbanisme par la conception d’un plan d’aménagement moderne de nos villes ; • Réhabiliter les sites touristiques inscrits sur la liste des biens du patrimoine mondial en péril ainsi que toutes les infrastructures (hôtel-restaurant, moyens de transport, routes,…) ; • Réhabiliter et/ou aménager des aires protégées, particulièrement le parc national de Salonga. 1. Nom du projet : Projet d’appui aux activités de micro production urbaine. sous-projet : implantation d’un centre d’incubation des fermes avicoles à Kolobeke, à 36 km de la ville d’Inongo. 2. Valeur : 419.535 USD 3. Pays : RD Congo Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe 4. Durée : 4 années 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début Date de fin 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï-Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 9. Noms des partenaires : le gouvernement provincial de la Province de Maï-Ndombe 10. Adresse : Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Activités principales • Identifier des potentiels petits éleveurs, sensibiliser ; • Renforcer des capacités du personnel de l’OPEC; • Former les formateurs (Mentors). • Produire et mettre en vente des poussins, des œufs non fécondés et des pondeuses de plus de 9 mois aux mentors formés ; • Produire des œufs fécondés destinés à la couveuse ; • Assurer le suivi assistance in situ. 12. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile, Aviculteurs, potentiels petits éleveurs avicoles identifiés et sensibilisés. 13. Objectifs du projet, • Introduire les fermes avicoles à Inongo. • Accroitre les revenus des petits aviculteurs dans la ville d’Inongo. • Réduire la pauvreté en milieu urbain et périurbain. • Contribuer à la sécurité alimentaire de la ville d’Inongo. • Détourner la population des habitudes de consommation du gibier. 14. Description du projet. L’OPEC entend renforcer des capacités techniques et managériales de promoteurs des PME à l’effet d’en faire de véritables gestionnaires ayant une bonne maîtrise de la gestion des affaires, à l’ère de la mondialisation et de l’intégration régionale où la productivité et la compétitivité constituent des défis majeurs à relever. Le projet est constitué de cinq composantes ou sous projets d’appui aux activités de micro production urbaine dans la province de Maï-Ndombe, à savoir :1.- Sous Projet d’appui aux activités d’élevage avicole ; 2.- Sous Projet d’appui aux activités de plantation de bananeraies ; 3.- Sous Projet d’appui aux activités de plantation de palmier à huile ; 4.- Sous Projet d’appui aux activités d’exploitations forestières artisanales ; 5.-Sous Projet d’appui aux activités d’aquaculture. Pour soutenir l’implantation des activités d’élevage avicole dans l’espace périurbain de la ville d’Inongo, l’OPEC initie ce projet pilote d’implantation d’un centre d’incubation des fermes avicoles. Ces centres d’incubation ou incubateurs sont considérés comme des lieux de formation et d’apprentissage en grandeur nature dans le domaine de la gestion d’entreprise, au sens large et globalisant du terme. En appui au renforcement de la compétitivité des activités d’élevage avicole, l’OPEC entend y apporter son expertise pour transformer ces activités d’élevage, de type familial et traditionnel, en de véritables fermes dont les propriétaires auront appris et assimilé correctement les pratiques de bonne gestion leur permettant d’optimiser la productivité et la compétitivité de leurs exploitations avicoles respectives. Les activités du sous projet d’appui à la micro production porteront sur le soutien à apporter aux petits aviculteurs d’Inongo, en matière de formation, d’encadrement et de financement en vue de susciter l’émergence progressive d’un véritable entreprenariat dans le secteur d’élevage avicole. Le résultat final escompté est l’accroissement des revenus des aviculteurs et le rétablissement de l’autosuffisance alimentaire, tout en réduisant d’une part la dépendance du pays aux importations des poulets et des œufs et d’autre part la pression sur la faune de la pauvreté, afin de contribuer un tant soit peu à la résorption du chômage et à la réduction de la pauvreté. Par ailleurs, l’accès aux intrants d’élevage performants n’étant pas facilité faute de crédit agricole, l’OPEC compte, à travers ce projet, mettre en essai un mécanisme flexible et adapté d’initier les promoteurs à fabriquer personnellement les aliments dans leurs fermes respectives ;. 1. Nom du projet : Implantation d’une entreprise de recyclage des noix de palmiste abandonnées en huile de palmiste dans la Province de Maï-Ndombe en République Démocratique du Congo. 2. Valeur : 420.354,32 USD 3. Pays : RD Congo Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe 4. Durée : 5 ans 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début Date de fin 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï-Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 9. Noms des partenaires : gouvernement provincial de la Province de Maï-Ndombe 10. Adresse : Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Objectifs du Projet. Recycler, en huile de palmiste, toute la production des noix de palmiste abandonnées lors de la fabrication artisanale de l’huile de palme. Le projet ambitionne de réintroduire dans la province de Maï-Ndombe un nouveau maillon de la chaine de valeur du palmier à huile, à savoir l’huile de palmiste obtenu en recyclant les coques de noix de palme abandonnées lors de la production artisanale d’huile de palme. Recycler, en huile de palmiste, toute la production des noix de palmiste abandonnées lors de la fabrication artisanale de l’huile de palme. Plus spécifiquement : • Réintroduire l’huile de palmiste comme un maillon de la chaine de valeur du palmier à huile ; • Contribuer à l’augmentation des superficies plantées de palmier à huile ; • Prospecter les technologies appropriées pour l’extraction d’huile de palmiste ; • S’assurer de la qualité d’huile palmiste ; • Evaluer la quantité de la production d’huile palmiste à partir des noix de palmiste disponible ; • Mener une étude du marché sur les différents sites ciblés ; • Faciliter des exploitants de la filière à s’organiser en regroupement d’intérêt économique (GIE) ; • Formaliser des producteurs artisanaux d’huile de palme ; 12. Activités principales Identifier et sensibiliser les producteurs artisanaux d’huile de palme ; Organiser les ateliers de sensibilisation et de formation Répertorier les producteurs du matériel de transformation de l’huile de palme et palmiste de la province ; Identifier les différentes technologies concourant à la transformation d’huile de palmiste (presse-concasseurs) ; 13. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile, 14. Description du projet : Le projet de transformation des amendes de noix de palme couvre toute la province. Il s’agira de répertorier les centres de production artisanal d’huile de palme pour financer, dans un premier temps, l’achat des coques abandonnées et ainsi créer un véritable marché de ce maillon de la chaine de valeur du palmier à huile. Et pour ce faire, il va falloir : 1. identifier et sensibiliser les producteurs artisanaux d’huile de palme : - Collecter auprès de la Division Provinciale de l’Agriculture les informations sur la production artisanale de l’huile de palme ; - Collecter sur terrain, les données auprès des producteurs artisanaux d’huile de palme dans chaque Territoire ; - Organiser des sessions de sensibilisation auprès des acteurs de la filière ; - Identifier les problèmes auxquels les acteurs de la filière sont confrontés. - Cerner les besoins en formation au profit des producteurs artisanaux de la filière ; 2. organiser les ateliers de sensibilisation et de formation - Elaborer les modules de formation ; - Organiser les sessions de Formation ; - Suivi et évaluation post-formation. 3. répertorier les producteurs du matériel de transformation de l’huile de palme et palmiste de la province : - Collecter les informations auprès de la Division Provinciale de l’agriculture ; - Collecter les informations auprès de la Division Provinciale de l’IPMEA ; - Collecter les informations auprès des différents regroupements de fabricants de matériel de transformation. 4. prendre contacts avec les constructeurs des machines à Kinshasa : - Diligenter une mission exploratoire à Kinshasa de prise de contact des constructeurs de matériel de transformation de produits agricoles ; - Collecter les informations auprès de la Direction Générale de l’OPEC ; - Collecter les informations auprès des regroupements de constructeurs de matériel de transformation agricole ; - Collecter les informations auprès de la Direction de mécanisation agricole du ministère de l’Agriculture. 5. identifier les différentes technologies concourant à la transformation d’huile de palmiste (presse-concasseurs) : - Visiter les sites internet - Se renseigner auprès des organismes spécialisés dans la distribution des machines agricoles. 6. prendre de contact avec la technologie indienne en cas d’insuffisance des constructeurs kinois ; - Visiter le web nsic - Envisager une visite auprès des fabricants des machines retenus après la visite du site internet. 7. trier des noix utilisables : - S’informer sur la durée de la dégradation des tas des noix de palmiste trouvés dans les sites de production artisanale d’huile de palme ; - Procéder à la séparation des tas en fonction de leur état de dégradation. 8. évaluer la quantité des noix de palmiste disponibles: - Observer de manière expérimentale la production d’huile de palme dans les différents sites producteurs d’huile de palme artisanale ; - Quantifier les noix de palmiste disponibles; - Estimer et extrapoler la production d’huile palmiste. 9. se renseigner sur les prix de vente de l’huile de palmiste artisanale dans les différents sites de commercialisation identifiés; - Recherche des acheteurs potentiels d’huile de palmiste - Evaluer l’offre et la demande - Evaluer le prix sur marché - Estimer la part de la concurrence 10. rechercher les exportateurs d’huile de palmiste - Contacter les services en contact avec les exportateurs d’huile de palmiste, entre autre l’OCC et le Ministère ayant en charge le Commerce extérieur 11. élaborer des fiches reprenant les couts, le prix de vente et le résultat d’exploitation dans les différents sites de production d’huile de palmiste artisanale : - Identifier les différentes charges d’exploitation dans les différents sites d’exploitation ; - Calculer le résultat d’exploitation de la production de l’huile de palmiste dans ces sites ; - Apprécier la rentabilité de l’activité dans les différents sites identifiés. 12. amener les producteurs à se fédérer en Groupe d’Intérêt Economique (GIE) - Identification des entraves ; - Susciter la fédération par rapport à leurs affinités. 13. orienter les PME de la filière palmier à huile vers les structures habilité pour leur formalisation. - Présentation de bienfait de la formalisation. 1. Nom du projet : Projet de réduction des émissions des gaz à effet de serre par la récupération des grumes abandonnées dans la province de Maï-Ndombe en RD Congo 2. Valeur : 6.204 USD 3. Pays: RD Congo Lieu : Kolobeke, Territoire d’Inongo, Province Maï-Ndombe 4. Durée : 5 ans 5. Institution ou organisme initiateur du projet : Direction provinciale de Maï-Ndombe de l’Office de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises, OPEC en sigle. 6. Date de début Date de fin 7. Noms et fonctions des personnes responsables : Monsieur Vital Manga, Directeur Général Téléphone : +243858277989/+243810397535 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Monsieur Léon BONGO NGOND’EKAWU, Directeur Provincial Maï Ndombe Téléphone : +243820725846/+243840578621 E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 8. Nombre de professionnel : 9. Noms des partenaires : -le Gouvernement provincial de la Province de Maï-Ndombe ; - Dir e REDD+ 10. Adresse: Boulevard du 30 juin, Building le Royal, Entrée C, à Kinshasa/Gombe. B.P. 16.799 Kinshasa I Téléphone : +243815101420 E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 11. Activités principales 12. Bénéficiaires : OPEC, services provinciaux, associations des exploitants artisanaux de la filière bois, associations d’exploitants agricoles et de pêcheurs, PME/PMI, société civile, 13. Objectifs du projet. Le projet est inscrit dans l’alignement de la stratégie-cadre REDD+ de la RD Congo ainsi que dans la volonté du gouvernement provincial de réduire les émissions des gaz à effet de serre par le renforcement de l’autorité de l’Etat à se doter de moyens pour financer l’édification de la province. Le projet vise globalement un triple objectif, à savoir : - Accroitre les ressources fiscales de la province et de l’Etat en renforçant l’autorité de l’Etat dans le domaine de l’exploitation forestière ; - Promouvoir l’émergence d’une classe moyenne des entrepreneurs nationaux de la filière bois ; - Contribuer aux efforts mondiaux de la lutte contre les changements climatiques. Plus spécifiquement, le déploiement du projet concourt à la réalisation des objectifs suivants : - Améliorer les capacités entrepreneuriales de 32 exploitants forestiers artisanaux sélectionnés à raison de 4 exploitants forestiers artisanaux par territoires de la province de Maï-Ndombe pendant 2 ans ; - Accroitre les revenus monétaires du focus groupe d’exploitant forestiers artisanaux ciblés par le projet pendant 2 ans ; - Transformer les déchets de sciage (sciures et copeaux de bois) en sous-produits commercialisables (briquettes de combustion et agglomérées) ; - Favoriser/faciliter la création des organisations entrepreneuriales de type groupement d’intérêt économiques (GIE) en vue de favoriser les activités d’exploitation forestière artisanale exercée de manière informelle dans les forêts des communautés locales ; - Accroitre les ressources fiscales de province par la perception des taxes dues lors de la commercialisation des produits ligneux débités ; - Accroitre les revenus des populations riverains par la récupération de leur quotité de revenus perçus lors de la commercialisation des produits ligneux débités. 14. Description du projet. Le projet de la réduction des émissions des gaz à effet de serre par la récupération des grumes abandonnées dans la province de Maï-Ndombe en RD Congo, intégré dans le programme RE de Maï-Ndombe, et constitue la phase pilote du déploiement du processus REDD+ en province dont la stratégie de mise en œuvre comporte des mesures d’atténuation et celles d’adaptation. Les mesures d’atténuation proposées concernent les trois plus importants secteurs à savoir l’agriculture, les forêts et l’énergie. Dans le secteur des forets, les initiatives relèvent de la réduction de la déforestation et de la dégradation des forets ainsi que le renforcement du stock carbone. Dès lors qu’il s’avère important de convenir d’un pacte social avec les communautés locales et tous les acteurs sociaux dont les activités ont une incidence directe ou indirecte sur la déforestation et la dégradation des forets, le projet entend privilégier la responsabilisation des uns et des autres à pouvoir acquérir des capacités leur permettant d’assurer un prélèvement rationnel et durable des ressources forestières (bois). C’est ainsi que parmi les acteurs sociaux concernés, le projet entend cibler, l’administration provinciale dont les ressources financières manquent cruellement pour l’édification de la province , le service provincial de l’environnement, développement durable qui se trouve, faute de moyens tant logistique que financier, dans l’incapacité d’exercer leur responsabilités, des exploitants forestiers artisanaux qui sont, dans la plupart, dépourvus des capacités entrepreneuriales leur permettant de pouvoir rationaliser au la pratique traditionnelles de la coupe et du sciage des bois à des fins commerciales ainsi que les populations riveraines qui croupissent dans la misère ainsi que des produits forestiers de valeur pourrissent autour d’eux.